Groupe de coordination


Le Groupe de Coordination sur les Bois Raméaux (GCBR)

C’est à la fin des années 70 que des travaux scientifiques sur le BRF commencent à être menés au Canada suite à la découverte de l’effet inattendu des branches broyées épandues sur le sol par Edgar Guay, alors sous-ministre adjoint au ministère des Terres et Forêts, qui cherchait un moyen de valoriser les résidus issus de l’industrie forestière. (1)

Puis au début des années 80, afin de favoriser les échanges concernant les recherches sur le BRF, est créé le Groupe de Coordination sur les Bois Raméaux (GCBR) sous l’impulsion de Gilles Lemieux. Professeur au Département des Sciences Forestières de l’université de Laval au Québec, c’est lui qui donnera son nom au bois raméal fragmenté. Le GCBR, notamment constitué d'Edgar Guay, de Lionel Lachance et de R. Albanais Lapointe, s’est enrichi au fil du temps de nombreux autres scientifiques et continue aujourd'hui d'œuvrer pour une meilleure compréhension du BRF.

Au cours de ces 30 années ont été regroupés des travaux de chercheurs et d’étudiants de l’université de Laval, tant sur les connaissances fondamentales et théoriques permettant de comprendre le rôle du BRF dans l'aggradation des sols (travaux sur la mésofaune (78), sur la fertilité des sols (129)), que sur la mise en œuvre concrète de la méthode (67).

Les recherches recensées ont été principalement menées dans les conditions pédoclimatiques canadiennes, mais une part importante d’entre-elles concerne les sols tropicaux d'Afrique (notamment sénégalais (99)). Et certains articles ouvrent même la réflexion en allant jusqu’à mettre en perspective le rôle potentiel du BRF face aux grands enjeux de notre temps, tels que la sécurité alimentaire (53), ou les émissions agricoles de gaz à effet de serre (104).

Ainsi, en étudiant le sol en tant qu’entité vivante et dynamique, ces travaux ont été, et sont toujours, d’une grande importance pour la compréhension des processus que vous, jardiniers, avez déjà le privilège d’observer de vos propres yeux depuis longtemps.

Les publications citées dans cet article de même que la grande majorité de ceux du GCBR sont disponibles sur les sites :

 

1 Guay, E., Lachance, L., & Lapointe, R.A., 1983. Emploi des bois raméaux fragmentés et des lisiers en agriculture (PDF 2 752 Ko).

53 Lemieux, G., & Tétreault., J.-P. 1995. Les nouvelles technologies ne sont-elles que des modes ou de réels outils de développement en vue de répondre aux impératifs de la sécurité alimentaires? (PDF 192 Ko).

67 Furlan, V. & Lemieux, G., 1996. Méthode d'application et d'évaluation pour l'utilisation des Bois Raméaux Fragmentés (PDF 160 Ko).

78 Larochelle, L., 1994. L'impact du bois raméal fragmenté sur la dynamique de la mésofaune du sol (PDF 840 Ko).

99 Lemieux, G., Lachance, L., Genest, S. & Hamel, C., 1998. La technologie pédogénétique du Bois Raméal Fragmenté (BRF), une ressource naturelle qui contribue à l'établissement et au maintien de la fertilité des sols au Sénégal et au Bénin (PDF 383 Ko).

104 Lemieux, G., Lachance, L., & Stevanovic-Janezic, T., 1999. La structure des sols et le bilan du carbone: une analyse sommaire en fonction de l'effet de serre (PDF 190 Ko).

129 Lemieux, G., & Germain, D., 2000. Le bois raméal fragmenté : La clé de la fertilité durable du sol (PDF 185 Ko).