Synergie naturelle


Nicolas Rouyer, responsable du service espace vert de Lunéville, utilise depuis de nombreuses années le BRF. Il nous explique comment :

« Nous avons deux façons principales de mettre en œuvre le BRF. Chronologiquement, le BRF nous sert tout d’abord dans les décorations de Noël. En effet nous recevons le BRF, livré par l’ONF, tout début décembre. Ce qui correspond aussi à la meilleure période de fabrication du BRF, en phase de descente de sève, les bois et rameaux sont riches en matières organiques. Nous épandons donc ce BRF au pied des sapins de Noêl, disposés en décoration dans les massifs de la ville, puis nous le récupérons pour le stocker à nouveau, avant de le remettre en œuvre dans les massifs à la sortie de l’hiver.

Lunéville 3 fleurs quai de la gareSur les massifs arbustifs, mais aussi  les vivaces, nous disposons une couche de 10 cm de BRF. Cette épaisseur maintient l’humidité en été, elle limite le développement des adventices et surtout elle apporte une quantité importante d’humus au sol, par l’intégration progressive des particules du BRF au sol.

Sur le terrain les agents le ressentent fortement, il se créée une synergie naturelle dans le sol avec le BRF, qui bénéficie aux plantes et à leur croissance harmonieuse. Le sol est aéré, plus facile à travailler. »

 Soulignons le partenariat entre la collectivité et l’ONF, pour la fourniture de BRF. Cela assure la municipalité d’un approvisionnement régulier, de qualité, de bois de feuillus sans résineux : « le BRF de résineux a tendance à acidifier le sol et favoriser le développement de la prêle, explique Nicolas Rouyer, nous préférons celui de feuillus. »

« Comme l’ONF nous livre de grosses bennes de 90m3, nous pourrions envisager que cela profite à d’autres utilisateurs, des villages proches de chez nous par exemple, qui auraient des besoins de plus petites quantités de BRF et pourraient venir en chercher sur notre plateforme de stockage ; peut-être que le site du BRF pourrait servir à cette mise en commun, pourquoi pas ? Nous sommes ouverts à toutes possibilités, » précise Nicolas Rouyer.

logoMdelagriUrbain : depuis 2007, la population mondiale en milieu urbain a dépassé la population rurale. L'exode rural se poursuit inexorablement mais les préoccupations du rural pénètrent un peu celles de la ville ainsi qu'en témoigne l'initiative Maison de l'Agriculture Urbaine qui soutient le besoin légitime de conserver des liens forts et opérationnels entre l'agriculture nourricière périurbaine et ses consommateurs citadins.